Accueil / FAQ

FAQ

FAQ (foire aux questions).

Question : Je voudrais me mettre à la prospection. Quel détecteur de métaux dois-je acheter ?

Réponse : La tentation du débutant est bien souvent de se dire : « je n’y connais rien, je suis novice, ça ne sert à rien de me payer un bon appareil. Je vais commencer par un bas de gamme à 150 euros, on verra après ! ». Là, ma réponse est claire : Avec un appareil de bas (voire très bas) de gamme, vous allez être déçu, vous allez « galérer », ne pas trouver grand chose et vous décourager très vite ! Sans allez chercher dans le haut de gamme à 1200-1500 euros, je vous conseillerais un bon mi-de-gamme aux alentours de 500-700 euros. Privilégiez un appareil simple, sans trop de réglages (juste une bonne discrimination des ferreux et éventuellement une bonne compensation des effets de sol, sans oublier le mode pinpoint, présent sur la plupart de détecteurs de métaux). Attention, peu d’appareils sont adaptés au sable mouillé des plages. Pour prospecter le sable mouillé (eau salée), il faudra y mettre le prix (Minelab Sovereign XS par exemple) ! Le problème qui se pose ensuite est de savoir quel modèle choisir ! Un conseil : ne faites pas confiance aux publicités que vous avez pu lire dans les magazines ! Dans l’ensemble, soyez très critiques face aux conseils (toujours très passionnés) des revendeurs. Vous allez me dire : « mais alors, à qui faire confiance ? ». Ben… le bouches à oreilles entre prospecteurs, les conseils de quelques associations sérieuses , les bancs d’essais indépendants , etc…


Question : Existe-t-il des endroits où la prospection est clairement interdite ?

Réponse : Oui ! Les départements de l’Oise, de l’Aisne, de la Meuse et de la Somme, toutes les plages du débarquement de Normandie et de Provence, le site de la bataille de Verdun, quelques communes dans le 67 et le 68, une cinquantaine de plages interdites par arrêté municipal (Trouville, Deauville, …), une quarantaine de plages pour cause de présence de sites archéologiques et quelques communes d’Ile de France (autour de Mantes la Jolie).
Sans autorisation préfectorale, sont interdits bien-sûr tous les sites archéologiques et lieux historiques (châteaux, vielles voies/chemins, ruines, etc…).
De manière générale, renseignez-vous toujours avant de prospecter !

De façon générale, vous ne pouvez prospecter nul part sans autorisation du propriétaire. Lorsque le terrain est « public », il est faux de penser qu’il n’a pas de propriétaire et qu’on peut y prospecter à volonté. Un terrain municipal appartient à la Mairie, une forêt domaniale est gérée par l’ONF, une forêt départementale, par le Conseil du département, etc… Il y a, à priori, toujours quelqu’un à qui demander une autorisation ! Pour les plages, même si en théorie il faut demander l’autorisation à la mairie, cela s’avère rarement indispensable et pour peut qu’on respecte les vacanciers (prospectez en dehors des heures d’affluence), on peut y aller sans trop de problème.


Question : En cas de découverte d’un trésor au détecteur de métaux, comment s’effectue le partage ?

Réponse : En dehors d’un contrat sérieux établi entre vous et le propriétaire du terrain, le partage s’effectue au bon vouloir du propriétaire. Il est archi-faux de penser que le partage est de 50 / 50 ! Le partage équitable prévu par la loi ne s’applique que lors d’une découverte fortuite. La notion de fortuité devient très relative aux yeux des magistrats lorsqu’il s’agit de l’utilisation d’un détecteur de métaux. Il y a beaucoup de jurisprudence dans le domaine. Mieux vaut établir les choses clairement avec le propriétaire dès le départ et si possible de façon contractuelle !

En tout état de cause, déclarez immédiatement votre découverte à la mairie !


Question : J’ai trouvé une pierre qui sonne au détecteur de métaux. Une météorite ?

Réponse : Prudence ! La découverte d’une météorite au hasard d’une détection est très rare (certainement plus rare que de trouver une pièce en or). Si votre pierre est lourde (densité importante) et qu’elle présente à sa surface une couche noirâtre (croûte de fusion), avec des creux de forme singulière (abrasion), vous êtes peut-être en présence d’une sidérite (météorite ferreuse). Si la pierre a un aspect rocheux avec de petits grains métalliques brillants régulièrement répartis dans sa masse et qu’elle présente une forme régulière avec une croûte noire de quelques millimètres (cette croûte est vraiment caractéristique des météorites), vous êtes peut-être en présence d’une méso-sidérite.

En tout cas, prudence ! Il y a sans doute 99% de chance pour que votre pierre soit une pierre bien terrestre, fortement minéralisée (pierre volcanique, scories de haut fourneaux, fragment de tuiles ou céramiques faites avec de l’argile fortement minéralisé, etc…). Pour en avoir le cœur net, allez donc voir un spécialiste. Je vous conseillerais pour ma part (et si vous êtes sur Paris), de rendre visite au magasin du célèbre « météoritologue » Alain Carion (92 rue St Louis en l’Ile 75004 Paris. Tél. : 01.43.26.01.16). Il est très sympa (son fils aussi), même s’il me rappelle un peu mon prof de Math de Math-sup. 😉


Question : La prospection est-elle dangereuse pour la santé ?

Réponse : Les courants électro-magnétiques émis par votre détecteur de métaux ne sont pas dangereux pour la santé. Rien n’est prouvé dans ce domaine, mais si vous vous posez cette question, dites-vous que votre ordinateur, votre téléphone portable, même votre télé sont infiniment plus nocifs ! Sérieusement, le plus dangereux est peut-être pour votre dos, si vous ne faites pas attention à votre position. Attention au coups de soleil et aux insolations ! Attention aussi au tétanos (êtes-vous bien à jours dans vos vaccinations ?). Faites très attention aux engins explosifs que vous pourriez découvrir (si ça vous arrive, ne les manipulez pas, appelez les gendarmes en ne laissant jamais l’engin sans surveillance si l’endroit est fréquenté). Enfin, emmenez toujours avec vous un répulsif pour insectes et une bonne paire de chaussures montantes (faites très attention aux tiques qui peuvent transmettre à l’homme la maladie de Lyme !!!).


Question : Au bout de combien de temps faut-il changer les piles d’un appareil ?

Réponse : Dans des conditions normales d’utilisation, un détecteur de métaux a une autonomie moyenne d’une 40aine d’heures avant que les piles aient besoin d’être remplacées. Pour certains détecteurs ce chiffre peut descendre à 15 ou 20 heures, ce qui est généralement dû à un mode de fonctionnement plus gourmand en puissance (Ce qui ne veut pas dire que l’appareil est plus puissant !). L’utilisation d’un casque rallongera la durée d’utilisation de vos piles. Le temps peut être un facteur important aussi. Le froid et la chaleur excessive peuvent réduire de façon dramatique l’autonomie de l’appareil ! En général, je préfère changer les piles de mon appareil bien avant qu’elles soient complètement vidées ! Un détecteur perd en efficacité lorsque les piles sont vraiment usées. Mon musketeer a une autonomie d’une 50-60aine d’heures, mais je change les piles toutes les 35-40 heures pour être sûr d’avoir toujours une puissance optimale. Enfin, utilisez toujours des piles de bonne qualité. Les Alcalines sont à ma connaissance les piles de prédilection des prospecteurs, mais certains utilisent avec succès des piles carbone ou des accus Ni-Cads.

Attention cependant aux accus, ils ont la fâcheuse habitude d’être beaucoup moins endurants que les piles classiques