Accueil / Identifier une monnaie: ident’aide

Identifier une monnaie: ident’aide

Introduction

Pour réussir à identifier une monnaie, il existe des outils fantastiques : livres spécialisés, catalogues de vente, mais surtout les moteurs de recherche des sites internet des boutiques numismatiques et les moteurs de recherche généralistes qui contiennent souvent les références des dites boutiques.
Il est facile d’obtenir des informations pertinentes à partir de ces moteurs de recherche, à condition de savoir leur parler et d’employer les termes qu’utilisent les numismates pour décrire les monnaies. Ces quelques pages se proposent, sans prétention, de vous aider à connaître un peu mieux ce langage et de mieux comprendre comment lire une monnaie, en augmentant ainsi vos chances d’identifier vous-même vos monnaies.

Pour illustrer le fossé qui peut exister entre un langage courant et le langage numismatique, prenons l’exemple de la monnaie suivante (Blanc à la couronne de Charles VII de 1436) :

exemple1

Là où nous serions tentés de rechercher cette monnaie (sans grand succès d’ailleurs) avec une requête du type : ‘ « fleurs de lys » couronnes croix ‘, le langage numismatique nous commanderait plutôt de taper une requête du type :
« écu de France » « double trilobe » « croix cantonnée aux 1 et 4 d’un lis » « double quadrilobe » ‘…

La description exacte que nous trouvons sur le site de cgb.fr est d’ailleurs :
« Écu de France entre trois couronnelles, dans un double trilobe. Croix cantonnée aux 1 et 4 d’un lis, aux 2 et 3 d’une couronnelle, dans un double quadrilobe« .

Sans la connaissance (même minime) de ce language, vous l’aurez compris, il est plutôt difficile de s’en sortir…


Vous trouverez également un moteur de recherche référençant plus de 1500 légendes de monnaies romaines, qui vous aidera à orienter vos identifications.

Et pour mettre toutes les chances de votre côte, n’oubliez pas de lire la page « savoir chercher » pour une recherche efficace et réussie sur les moteurs de recherche google et cgb.fr !

Les croix


Du 6ème au 17ème siècle, la croix restera un élément très présent dans le monnayage « français », d’où l’intérêt de savoir en nommer les différentes représentations.
(Toutes les photos présentées ici viennent du site ww.cgb.fr . Merci à eux !)

Les principaux types de croix rencontrés sont :

croix fleurdelisée

croixfleurdelisee

croix échancrée

croixechancree

croix couronnée

croixcouronnee

croix quadrilobée

croixquadrilobee

croix fleuronnée

croixfleuronnee

croix latine

croixlatine

croix bâtonnée

croixbatonnee

croix alésée

croixalesee

croix chrismée

croixchrismee

croix potencée

croixpotencee

croix feuillue

croisfeuillue

croix pattée

croixpattee

croix grecque

croixgrecque

croix crossée
(ici à gauche)
croixcrossee

croix auxeroise

croixauxeroise

croix du Saint Esprit

croixdustesprit

croix de Jérusalem

croixjerusalem

croix ancréecroixancree

 

croix fuselée

croixfuselee

croix patriarcale

croixpatriarcale2

croix de Lorraine

croixlorraine

croix en Tau

croixentau

croix de Malte

croixmalte

croix palmée

croixpalmee

croix anillée

croixanillee

croix cléchée

croixclechee

croix papale

croixpapale

Cumul des types

Comme vous l’avez peut-être déjà remarqué, une croix peut cumuler plusieurs types. Par exemple, une croix peut très bien être à la fois fleurdelisée et feuillue, ou couronnée et bâtonnée, etc… il n’y a pas vraiment de limite, si ce n’est la cohérence graphique et historique de la représentation. Voici deux exemples de cumul parmi tant d’autres :

croix de Jérusalem, fleuronnée et palméecumul1
croix potencée et ancréecumul2

Disposition, cantonnement

Les croix sont souvent ornées de signes tels que fleurs de lis, couronnes, etc…
Inspiré des descriptions héraldiques, il existe un code précis pour décrire la disposition de ces éléments par rapport à la croix que nous étudions.
Les quartiers (cantons) autour de la croix sont numérotées de 1 à 4 comme indiqué sur le schéma ci-dessous :

canton

Les règles sont simples : pour décrire ce que nous trouvons au niveau de chaque canton, nous devons employer le terme « cantonnée au(x) … de …….« .
Dans l’exemple ci-dessus, la description est (en parlant de la croix) : « cantonnée aux 1 et 4 d’un lis, aux 2 et 3 d’une couronnelle ».
Si nous avions un lis en 1 et des couronnelles en 2, 3 et 4, nous devrions dire : « cantonnée au 1 d’un lis, aux 2, 3 et 4 d’une couronnelle », s’il n’y avait que deux lis en 1 et 4 : « cantonnée aux 1 et 4 d’un lis », etc… etc… Si une seule figure est présente sur les 4 cantons (exemple : 4 lis), nous devons simplement dire « cantonnée de quatre lis ».

Sur notre schéma, le C central indique le coeur de la croix. Si un élément y est présent, nous devons le décrire de la façon suivante :
« avec xxx en coeur » (xxx désignant le signe présent au coeur de la croix).
Exemples :

avec différent d’atelier en coeur
avec H en coeur
avec quadrilobe en coeur
encoeur
encoeur2
encoeur3

(le différent d’atelier est une lettre qui indique dans quel atelier la monnaie a été frappée)

Attention : Il est à noter aussi que le terme « accostée » peut-être employé pour désigner la présence d’éléments à proximité de la croix. Parfois même ce terme se soustrait à celui de « cantonnée ». Il est parfois difficile de comprendre la différence, cela dépend aussi beaucoup de la personne ayant décrit la monnaie. Dans le doute et en cas d’insuccès dans une requête, on pourra essayer les deux termes.
Exemples :

accostée de quatre globulesaccostee1
accostée d’un croissant au 2ème cantonaccostee2
accostée des lettres h et Raccostee3


Je vous ai présenté ici les bases pour décrire une croix sur une monnaie, en occultant volontairement quelques types marginaux et des dispositions particulières. Un ouvrage entier ne suffirait pas à faire une état exhaustif des descriptions des monnaies.

Pour conclure et vous montrer que la description d’une croix peut être complexe et faire appel à plusieurs combinaisons de ce que je vous ai exposé précédemment, voici un dernier exemple :

Croix fleuronnée et fleurdelisée, avec en coeur une L accostée de quatre globules

exemple

Les romaines


Les moteurs de recherches disponibles aujourd’hui sur Internet permettent de retrouver une monnaie à partir d’éléments de légendes, mais à condition de savoir interpréter ces éléments et de ne pas couper les mots de la légende lors de la construction de votre requête. Par exemple, admettons que vous n’arriviez à lire sur une monnaie romaine que le bout de légende suivant : « AESAVGAGRIPPAVGVS ». Une recherche sur les moteurs de recherche avec cette lecture ne donnera malheureusement rien. Il faut connaître un minimum les monnaies romaines pour savoir que cela doit se lire « AES AVG AGRIPP AVGVS ». Et même une recherche sur ces mots serait incorrecte puisqu’il faut en fait lire « CAES AVG AGRIPP AVGVSTA » (la légende usée n’a pas fait apparaître la première et les deux dernières lettres).

– Le site francophone le plus complet est celui CGB : www.cgb.fr. C’est le site d’une boutique parisienne de vente sur offre, dispose du plus gros catalogue en ligne français (et même peut-être au-delà) que je connaisse. Presque toutes les monnaies « classiques » y sont représentées avec en général une photo associée.

Lire une romaine :

Pour compléter le moteur de recherche que j’ai mis à votre disposition, j’ai trouvé utile d’écrire les quelques lignes suivantes pour vous aider à lire les légendes de monnaies romaines :

En fait, la difficulté des légendes des monnaies romaines vient du fait qu’elles ne disposent pas de ponctuation (comme sur les monnaies médiévales par exemple), permettant de séparer les mots entre eux et ainsi de permettre une lecture facilitée. Sur une monnaie romaine, la légende est fournie en bloc, comme le montre l’exemple suivant :

romlegend
Légende : IMP M IVL PHILIPPVS AVG


Dans la grande majorité des cas, la légende d’une monnaie romaine comporte des abréviations qu’il suffit de connaître pour pouvoir la lire et la comprendre.

Abréviations Signification latine Signification française Commentaire
IMP Imperator Empereur Titre militaire de l’empereur
C ou CAE ou CAES Caesar César Titre porté par l’empereur
PM Pontifex Maximus Pontife Suprême Titre religieux de l’empereur
TRP Tribunicia Potestas Détenteur de la puissance tribunitienne Titre porté par les Tribuns du peuple, anciens représentant des pauvres, que les empereurs ont adopté en vue de concentrer tous les pouvoirs. Les lettres TRP sont habituellement suivies d’un chiffre indiquant le nombre d’année durant lesquelles la puissance tribunitienne a été donnée à l’empereur.
PF Pius Felix
ou
Pius Filius
Pieux et heureux
ou
Fils pieux
Titre des héritiers
PP Pater Patriae Père de la Patrie Titre décerné à l’empereur par le Sénat
COS Consul Consul Titre désignant le plus haut responsable sous la république (repris par la suite par les empereurs). Souvent suivi d’un chiffre indiquant le nombre de fois pendant lesquelles l’empereur a été consul.
AVG ou AVGG Augustus Auguste Titre donné à tous les empereurs en référence au premier : Auguste. Le G est doublé lorsqu’il y a deux empereurs ensemble au pouvoir.
SC Senatus Consulto Avec l’accord du Sénat Sur les monnaies en bronze du haut empire (le Sénat était alors responsable de la frappe des monnaie en bronze).
SPQR Senatus Populusque Romanus Le Sénat et le Peuple Romain
DN ou DDNN Dominus Noster Notre Seigneur (Nos Seigneurs) Titre donné aux empereurs après Constantin (306-337). (D et N doublés pour marquer le pluriel).

En général, une fois ces abréviations identifiées, tout le reste de la légende correspond au nom de l’empereur (lui même souvent composé d’abréviations). Dans notre exemple : IMP M IVL PHILIPPVS AVG. Ce qui signifie Marcus Julius Philippus, nom latin de l’empereur Philippe II.

Les ateliers de France

Signe ou lettre d’atelier
Atelier
période
coquille
Chambéry
1423-1434
cornet
Orange
 
corne d’abondance
Paris
1898 à nos jours
Vincennes
 
coeur
Perpignan
1410-1418
croix
Perpignan
1395
croissant
Perpignan
1336-1367
Ecu triangulaire
Perpignan
1336-1365
Epée
Perpignan
1336-1365
heaume
Perpignan
1319-1396 et 1416-1458
Lion
Arras
1582
molette d’éperon
Dole
1622-1638
Mouchetures d’hermines
Rennes
 
Nantes
 
Monogramme hennuyer
Valenciennes
1434-1467
Nef
Bordeaux
Moyen-âge
Pied
Marseille
1539-1542
Rat
Arras
1582-1658
Rocher
Perpignan
1336-1365
Rose
Perpignan
1336-1365
Tête de nègre
Perpignan
1369-1385
Tour
Perpignan
1336-1365
Vachette
Pau
1539-1794
&
Aix-En-Provence
1550-1786
9
Rennes
1539-1772
A
Corbeil
1655-1658
Nevers
 
Paris

1539-1655 et 1659-1887

Trevoux (Dombes)
 
AA
Metz
1662-1680, 1715-1794 et 1796-1802
AR
Arras
1640-1658
Aohméga
Compiègne
1572-1594
B
Beaumont-Le-Roger
1943-1958
E
Melun-Sur-Loire
1655-1658
Tours
1539-1655 et 1659-1772
F
Angers
1539-1738
Fontenay
Sous Charles VIII
H
La Rochelle
1539-1837
I
Limoges
1539-1837
K
Bordeaux
1538-1878
L
Bayonne
1539-1837
Limoges
Moyen-âge
Loche
Sous Charles VIII
LA
Laon
1655-1658
L couronné
Lille
1686-1693
LL
Lille
1685-1686
O
Clermont
1572, 1591-1594 et 1610-1672
Moulin
1549-1555
Orléans
Sous Charles VIII
Riom
1555-1591 et 1594-1772
Saint Pourçain
1539-1549
P
Dijon
1539-1772
Parthenay
Sous Charles VIII
Perpignan
Sous Louis XI et parfois jusqu’en 1644
Poitiers
Moyen-âge
PA
Pau
Moyen-âge et 16ème siècle
Q
Chalon-Sur-Saône
1539-1700
Narbonne
1700-1709
Perpignan
1710-1837
R
Dombes
 
La Rochelle
Moyen-âge
Nimes
1655-1658
Orléans
1700-1794
Rennes
Des Ducs de Bretagne à Louis XII
Saint-André-De-Villeneuve
1539-1654 et 1659-1699
S
Saumur
Sous Charles VIII
Soisson
Période mérovingienne
Troyes
1690-1772
S et Saint Suaire
Reims
1679-1690
S couronné
Troyes
1679-1690
T
Saint Menehould
1539-1551
Toul
Période mérovingienne
U
Amiens
1571-1578
Troyes
1690-1772
V
Troyes
1690-1772
W
Lille
1693-1858
X
Amiens
1578-1836
Villefranche
1538-1578
)(
Besançon
1693-1772
Z
Grenoble
1539-1772
Saint Pourcain
1529-1531

Savoir chercher


A moins de bien connaître les différents styles de monnaie et leurs époques et d’avoir une bibliothèque bien garnie, une identification réussie passe souvent par une bonne recherche via les moteurs de recherche sur Internet. Il est donc primordial de bien savoir comment ces derniers fonctionnent et quelles sont leurs principales syntaxes de recherche.


Moteur de recherche Google :

Google est certainement un des meilleurs moteurs de recherche actuellement disponible. Il permet de bien dégrossir le terrain et très souvent de trouver la monnaie qu’on recherche.
Il y a deux principales choses à savoir sur google :

Lorsque vous tapez une requête du genre ‘ Henricvs croix fleurdelisée ‘, Google va rechercher toutes les pages qu’il a en mémoire et qui contiennent les trois mots demandés (peut importe la disposition de ces mot dans les pages, l’essentiel est que tous ces mots soient présents dans les pages en question. Google fonctionne en placant des ET logiques entre les mots).

La requête ‘ Henricvs « croix fleurdelisée » ‘ (notez bien les deux «  » autour de croix fleurdelisée) ira chercher toutes les pages que Google a en mémoire et qui contiennent le mot ‘Henricvs’ et la phrase ‘croix fleurdelisée’. Cela permet de concentrer sa recherche de façon beaucoup plus précise sur ce qui nous interesse…
Il est bien-sûr parfaitement possible de mettre autant de « phrases » et de mots séparés que voulu ! L’essentiel étant que les phrases soient toujours encadrées par des  » « .

! : Une erreur classique à éviter est d’écrire des « phrases » (telles que décrites plus haut) trop longues. Plus une phrase est longue, moins elle de chance de figurer dans le moteur de recherche. En plus, les sites numismatiques ne décrivent pas toujours complètement les monnaies et surtout pas forcement toujours dans le même ordre !
Par exemple, revenons à ce que nous avons vu dans le paragraphe sur les croix. Après analyse, vous déterminez que votre monnaie peut se décrire de la façon suivante : « henricvs, croix batonnée, fleurdelisée et fleuronnée, accostée de 4 lis ». Vous seriez donc tentés d’écrire votre requête de la façon suivante : ‘ henricvs « croix batonnée, fleurdelisée et fleuronnée, accostée de 4 lis » ‘. Si cela peut donner des résultats, vous vous priverez néanmoins d’un nombre important de pages contenant des monnaies semblables mais décrites différemment.
Par exemple, cgb.fr a très bien pu décrire la croix de la monnaie que vous recherchez de la façon suivante : « croix fleurdelisée et fleuronnée accostée de 4 lis » ou encore « croix fleuronnée et fleurdelisée accostée de de 4 lis ».
Dans ce cas, une recherche beaucoup plus productive aurait été : ‘ henricvs fleurdelisée fleuronnée batonnée « accostée de 4 lis » ‘ que vous pourriez réduire à ‘ henricvs fleurdelisée fleuronnée « accostée de 4 lis » ‘ en cas d’insuccès.

Avec de l’expèrience vous apprendrez à reconnaître les termes qui ne sont jamais passés sous silence (en cas de description de croix complèxe par exemple), comme par exemple « fleurdelisée » de ceux qui le sont plus facilement, comme par exemple « batonnée ».

! : Google est un moteur de recherche généraliste. de ce fait il vous sortira tous les résultats dont il dispose, que ceux-ci soient ou non liés à la numismatique ! Pour affiner la recherche vers la numismatique, il peut-être judicieux d’ajouter dans la requête un mot du style « monnaie »…

Moteur de recherche de www.cgb.fr :

Le moteur de recherche de cgb.fr a un avantage considérable : il est dédié à 100% à la numismatique et possède un nombre considérable de pièce en mémoire. Rares sont les monnaies trouvées en prospection qui ne peuvent pas l’être sur cgb.fr !

Par contre il est moins pratique et plus capricieux que le moteur de google, ce qui fait que je passe souvent par google pour trouver une monnaie sur cgb, avant de me rabattre sur le moteur de cgb en cas d’échec (même si une bonne partie l’est, 100% des pages de cgb ne sont pas référencées sur google)…