Accueil / Technique / Chercher des météorites au détecteur de métaux

Chercher des météorites au détecteur de métaux

Introduction

Pierre-Marie Pelé, passionné, collectionneur et « chasseur » amateur de météorites est le webmaster de l’incontournable site http://www.meteor-center.com. Il nous fait le plaisir et l’honneur d’apporter sa contribution au contenu de Detecteur.net en nous offrant un article tiré de son ouvrage « Les Météorites Françaises »t dont je vous conseille vivement la lecture !

allende
Coupe d’une pallasite Brahin de la collection Régis Motheau

La prospection des météorites


L’équipement du chercheur de météorites

 Un GPS : Il est important de noter pour chaque trouvaille sa position exacte. C’est d’un intérêt scientifique capital car cette indication permet de définir la trajectoire de la chute si plusieurs découvertes sont faites dans une zone restreinte et d’affiner les procédures de recherche sur le terrain. De plus, le GPS est précis à 5 ou 10 mètres et il devient facile de prospecter sur d’anciennes zones de chutes en se basant sur les récits. Les premiers modèles de GPS ont des prix très abordables. Je vous conseille particulièrement la marque Garmin.

 Des cartes précises : Pour la France, utilisez des cartes IGN à 1/25000 et comparez-les avec les cartes de Cassini. Etablies au milieu du XVIIème siècle à l’échelle 1/86400, ces dernières permettent de retrouver les noms des hameaux ou des localités disparues près desquelles sont tombées ou furent observées des météorites. On les trouve en vente notamment à l’IGN à Paris (version papier ou CD-ROM). ( coordonnées dans la rubrique « Adresses et liens utiles »

 Un aimant : l’aimant permet de tester la teneur en fer métallique d’une roche que vous venez de découvrir. Cependant, certains spécialistes déconseillent l’usage d’un aimant car il fait perdre en partie la mémoire magnétique (aimantation rémanente naturelle) des roches.

 Un détecteur de métaux (accessoirement) : un bon détecteur de métaux représente un investissement important mais celui-ci sera vite amorti au gré de vos découvertes. Je vous recommande les marques Fisher, White ou bien encore C-Scope. Choisissez un modèle avec plusieurs discriminations (possibilité d’exclure certains métaux lors de la détection). Le détecteur sera utile dans nos contrées où les météorites sont souvent enterrées dans les champs ou masquées par la végétation. Dans le désert, les spécialistes vous diront que le meilleur outil est l’œil humain… Avant toute chose, prenez connaissance de la Loi française relative à l’usage des détecteurs de métaux.

 Une loupe : choisissez un modèle de poche pliable, de grossissement x10 ; portée autour du cou au bout d’une ficelle, elle vous sera fort utile sur le terrain.

 Une pelle-pioche pliable.

 Un appareil photo, pour photographier chaque trouvaille.

 Un bloc-note, un stylo, des étiquettes autocollantes et des sacs congélation.
La campagne de recherche

Avant toute prospection, je vous recommande de partir avec une carte si possible à 1/25000, et muni du matériel que j’ai énuméré précédemment.

Dessinez sur la carte un quadrillage sur la zone suspectée de receler des météorites. Numérotez chaque carré.

Une fois sur la zone, prospectez dans chaque quadrillage dessiné sur la carte, selon les axes nord-sud (ou inversement) et est-ouest (ou inversement) mais de préférence dos au soleil pour éviter l’éblouissement. Ainsi, il devient quasiment impossible d’oublier une zone de prospection. Notez soigneusement les carrés visités sur la carte.

Sur une feuille de votre bloc note, notez-bien les informations suivantes :
– La dénomination : Attribuez un nom à votre trouvaille (correspondant en général au lieu de la découverte ou à une désignation arbitraire, votre nom de famille par exemple), suivi d’un chiffre. Conservez cette dénomination pour l’ensemble des trouvailles faites dans une même zone.
– Les coordonnées prises sur le GPS
– La date et l’heure de la découverte
– Le nombre de fragments récoltés en ce point
– Les autres informations utiles, comme par exemple l’état de la météorite, des informations topographiques.

Photographiez ensuite la météorite in situ, en posant à côté d’elle votre note. Enfin, placez chaque trouvaille dans un sac de congélation fermant par un zip.

Une fois rentré chez vous, pesez chaque fragment à l’aide d’une balance électronique (une précision au 1/100 de gramme est idéale pour de très petits fragments et au 1/10 de gramme pour des météorites plus importantes) et recopiez au propre dans un tableau le contenu de chaque fiche.

Ensuite, envoyez vos roches dans un laboratoire spécialisé.

A Propos Detecteur.net

%d blogueurs aiment cette page :