Accueil / identifier / Comment reconnaître les météorites ?

Comment reconnaître les météorites ?

Introduction aux météorites

Pierre-Marie Pelé, passionné, collectionneur et « chasseur » amateur de météorites est le webmaster de l’incontournable site http://www.meteor-center.com. Il nous fait le plaisir et l’honneur d’apporter sa contribution au contenu de Detecteur.net en nous offrant un article tiré de son ouvrage « Les Météorites Françaises »t dont je vous conseille vivement la lecture !

allende
Coupe d’une pallasite Brahin de la collection Régis Motheau

L’observation visuelle d’une météorite

La croûte de fusion
Les météorites récemment tombées ou bien conservées présentent une croûte de fusion, c’est-à-dire une couche fine, très foncée, qui est le résultat du frottement de la météorite lors de sa traversée de l’atmosphère. Une météorite complète ne présente en principe pas d’angles saillants, de signes de porosité ni de cavités (à quelques exceptions près).

allende_croute
météorites « Allende »

Les regmaglyptes
Appelées aussi « traces de pouce », ces déformations font effectivement penser à des empreintes dactyles. Ce sont des cavités produites par l’ablation de matière lors de la rentrée dans l’atmosphère.

La réaction à l’aimant
Certaines météorites sont attirées par un aimant. Cependant, ce critère ne peut prouver quoi que ce soit car certaines roches terrestres et certains matériaux anthropiques sont également magnétiques.

La densité
Elle est plus élevée pour certaines météorites que celle des roches terrestres. Pour information, les chondrites ordinaires ont en général une densité de 3,5 à 3,8. Les chondrites carbonées ont une densité entre 2,2 et 2,9. Enfin, les fers ont une densité de 7,5 à 7,9.
Pour citer un exemple, une roche terrestre comme le granite a une densité de 2,7.

L’aspect intérieur des chondrites
Si vous êtes en présence de chondrites, vous pourrez observer de petites particules sphériques cristallisées à partir de gouttelettes silicatées à l’intérieur de la météorite. On les appelle des chondres.

parnallee
Coupe d’une chondrite « Pamalee« 

L’aspect intérieur des météorites de fer
Après polissage et attaque à l’acide, les fers présentent des figures de Widmanstätten (présence de kamacite et de taenite ; c’est le cas des octahédrites) ou des lignes de Neumann (cas des hexahédrites).

capeyork_fer
Tranche d’une ferreuse « Cape York »

L’aspect intérieur des mixtes
On remarquera dans les météorites mixtes un échevaud d’olivine (verte ou marron) et d’alliage de fer-nickel pour les pallasites. Dans les mésosidérites, l’olivine est absente de la structure et est remplacée par des silicates.

esquel
Tranche d’une pallasite « Esquel »

Le test du nickel

Les météorites contiennent du nickel, à plus ou moins forte concentration, ce qui est rarement le cas des roches terrestres (il existe sur Terre des roches ultra basiques contenant du nickel et du chrome). Le nickel est présent dans la partie métallique des météorites et il est à peu près absent des silicates, donc des achondrites.
Le test du nickel se réalise selon une procédure stricte, qui requiert de la part du manipulateur des précautions d’usage. Utilisez des gants en caoutchouc, des lunettes de protection et du matériel de laboratoire adapté à l’usage des produits chimiques. Travaillez dans une pièce bien aérée.

Faites toujours appel à un spécialiste

Pré-requis : Diméthylglyoxime, acide nitrique, acide chlorhydrique, ammoniaque, eau distillée. Tous ces produits se trouvent en droguerie ou dans des magasins spécialisés, à l’exception du diméthylglyoxime.

1. Coupez un gramme ou deux de l’échantillon.
2. Placez ce fragment dans une solution à 10% d’acide nitrique légèrement chauffé auparavant.
3. Ajoutez quelques gouttes d’acide chlorhydrique.
4. Laissez refroidir cette solution.
5. Ajoutez de l’ammoniaque.
6. Filtrez la solution si elle contient trop de résidus.
7. Ajoutez quelques gouttes de diméthylglyoxime.
8. Si l’échantillon contient du nickel, ce qui est le cas des fers ou des chondrites, vous obtiendrez un joli précipité rouge cerise. C’est probablement une météorite !

L’analyse chimique en laboratoire

L’analyse chimique est souvent gratuite, parfois payante chez les organismes privés mais en revanche, l’analyse réalisée par ces derniers sera très rapide. Pour toute analyse en laboratoire, la Meteoritical Society préconise d’envoyer environ 20% de la masse totale de la découverte pour les pièces de moins de 100g ou 20g pour les pièces supérieures à 100g.

Avant de contacter un laboratoire, faites expertiser visuellement votre roche auprès d’un vendeur de météorites ou lors des bourses d’échange ayant souvent lieu en France.

Contactez d’abord par téléphone ou par courrier les différents laboratoires ou marchands indiqués ci-dessous avant d’envoyer votre spécimen. Dans tous les cas, soyez patients. Les délais d’analyse dans les Muséums peuvent aller jusqu’à un an !

A Propos Detecteur.net

%d blogueurs aiment cette page :