Forum des particuliers sur le détecteur de métaux et la détection de loisir 

  • Mon avis « personnel » sur la loi et mes inquiétudes

  • Lois et Codes régissant la détection et les detecteurs de metaux.
Lois et Codes régissant la détection et les detecteurs de metaux.

 #1718612  par Ptiju23
 
Bonjour à tous et à toute,

J’ai lu un paquet d’articles de presse et de vidéo, mais je ne comprends toujours pas.

Le lobby des archéologues se tire une balle dans le pied toujours selon moi.
Pourquoi?
Après une longue nuit blanche à lire des choses effrayantes sur la détection:
Par exemple, si l’on trouve une pièce ou un objet et que l’on le déclare mais que l’on fait de recherche nous sommes hors-la-loi.
Et que dans quasiment toute les situations, si l’on trouve un objet rare nous le sommes aussi.

Je pense que nos amis chercheur se fourvoient sur ce qu’est le patrimoine et l’histoire:
La définition même de l’histoire est la transmission d’une donnée (matérielle, orale) à une autres personnes pour l’aider à comprendre une période à laquelle il n’a pas vécu ou vu.

L’histoire, c’est le savoir.
Mais l’histoire peut être oublié, si personne ne transmet cette information.
Si je trouve un trésor dans mon jardin, je sauve une information qui était jusque-là inconnue.
Et ça risque d’en irrité certains, même si je le lègue à ma famille, que je le donne à une tierce personne.
Elle fera perdurer l’histoire de cette information.
Mon grand père que je n’ai pas connu à léguer à ma mère des objets de Lettonie que je garde précieusement pour mon enfant en lui expliquant ce que c’est et il en fera de même.
Du coup le patrimoine est préservé!

Quand dites vous!
 #1718613  par Mort-ambulant
 
Salut .
Bien entendu tu as raison.
On peut aussi comprendre les archéologues énervés par des detectoristes "pilleurs " peu scrupuleux.
Malheureusement en France on préfère punir tout le monde que traquer les crapules.
Plus facile d'interdire à tout le monde avec un petit exemple de temps en temps en condamnant un clampin qui à trouvé une napoléon que de s'attaquer à des pro du pillage potentiellement dangereux. C'est comme ça pour la détection comme pour bien d'autres choses.
Es efficace....!!? :nono:

Courage camarades
 #1718614  par Dagon16
 
Je vais me faire l'avocat du diable.
Ptiju23 a écrit :Je pense que nos amis chercheur se fourvoient sur ce qu’est le patrimoine et l’histoire:
La définition même de l’histoire est la transmission d’une donnée (matérielle, orale) à une autres personnes pour l’aider à comprendre une période à laquelle il n’a pas vécu ou vu.
Toute donnée ou objet, sans contexte, ne donne qu'une vision parcellaire voire inexploitable des modes de vie anciens. C'est ce qui est reproché à la détection de loisir par nos détracteurs. La plupart des artefacts n'ont de valeur historique que parce qu'ils sont trouvés dans un même contexte spatial et temporel et permettent ainsi de comprendre leurs utilités et leurs fonctions respectives.
Ptiju23 a écrit :Mais l’histoire peut être oublié, si personne ne transmet cette information.
Si je trouve un trésor dans mon jardin, je sauve une information qui était jusque-là inconnue.
On peut te répondre que cela est oublié mais pas perdu et qu'un jour, plus ou moins proche, il aurait pu être découvert et étudié par des méthodes scientifiques standardisées.
Ptiju23 a écrit :Et ça risque d’en irrité certains, même si je le lègue à ma famille, que je le donne à une tierce personne.
Elle fera perdurer l’histoire de cette information.
Mon grand père que je n’ai pas connu à léguer à ma mère des objets de Lettonie que je garde précieusement pour mon enfant en lui expliquant ce que c’est et il en fera de même.
Du coup le patrimoine est préservé!
Les objets sont peut-être conservés mais sans contexte, l'information historique disparaît. Quand à la transmission d'une "collection", il faut bien comprendre que cette dernière n'a d'intérêt que pour celui qui la rassemble. A la disparition de son auteur, celle-ci est le plus souvent dispersée voire bazardée par les ayant-droits. Sans compter ceux qui ne se donnent même pas la peine de conserver leurs trouvailles : il n'y a pas une brocante, aussi petite soit-elle, où je ne vois pas des objets et des monnaies issus de la détection proposés à la vente.
 #1718615  par Ptiju23
 
Dagon16 a écrit : 03 juil. 2021, 13:13 Je vais me faire l'avocat du diable.
Ptiju23 a écrit :Je pense que nos amis chercheur se fourvoient sur ce qu’est le patrimoine et l’histoire:
La définition même de l’histoire est la transmission d’une donnée (matérielle, orale) à une autres personnes pour l’aider à comprendre une période à laquelle il n’a pas vécu ou vu.
Toute donnée ou objet, sans contexte, ne donne qu'une vision parcellaire voire inexploitable des modes de vie anciens. C'est ce qui est reproché à la détection de loisir par nos détracteurs. La plupart des artefacts n'ont de valeur historique que parce qu'ils sont trouvés dans un même contexte spatial et temporel et permettent ainsi de comprendre leurs utilités et leurs fonctions respectives.
Ptiju23 a écrit :Mais l’histoire peut être oublié, si personne ne transmet cette information.
Si je trouve un trésor dans mon jardin, je sauve une information qui était jusque-là inconnue.
On peut te répondre que cela est oublié mais pas perdu et qu'un jour, plus ou moins proche, il aurait pu être découvert et étudié par des méthodes scientifiques standardisées.
Ptiju23 a écrit :Et ça risque d’en irrité certains, même si je le lègue à ma famille, que je le donne à une tierce personne.
Elle fera perdurer l’histoire de cette information.
Mon grand père que je n’ai pas connu à léguer à ma mère des objets de Lettonie que je garde précieusement pour mon enfant en lui expliquant ce que c’est et il en fera de même.
Du coup le patrimoine est préservé!
Les objets sont peut-être conservés mais sans contexte, l'information historique disparaît. Quand à la transmission d'une "collection", il faut bien comprendre que cette dernière n'a d'intérêt que pour celui qui la rassemble. A la disparition de son auteur, celle-ci est le plus souvent dispersée voire bazardée par les ayant-droits. Sans compter ceux qui ne se donnent même pas la peine de conserver leurs trouvailles : il n'y a pas une brocante, aussi petite soit-elle, où je ne vois pas des objets et des monnaies issus de la détection proposés à la vente.
Justement, moi qui suis passionné d’histoire. Je vais raconter le contexte et l’histoire de l’objet à mes descendants.
Depuis la nuit des temps et c’est ce qui caractérise l’homme de la plus part des animaux, l’histoire orale et la transmission d’objets sont notre culture et notre histoire.
Pour revenir à l’exemple du trésor dans son jardin, croyez-vous que les quelques milliers (et encore je plancherais plus sur des centaines) d’archéologues iront dans votre jardin d’eux même pour trouver ce trésor si vous ne l’aviez pas découvert.
Ma meilleure amie était chercheuse en histoire médiévale à l’université toulouse 2 et les recherches sur le terrain était super limité a cause du budget.

Bref nous devrions être des axillaires et non pas des personnes rejetées par des gratte-papier qui pensent que tout leur est dû. :rougefaché:
L’histoire du pays n’appartient pas à une élite du pays mais à tout le monde.

C’est inconstitutionnel :super:
 #1718621  par Dagon16
 
Ptiju23 a écrit : 03 juil. 2021, 13:47 Justement, moi qui suis passionné d’histoire. Je vais raconter le contexte et l’histoire de l’objet à mes descendants.
C'est une bonne chose mais ça ne veut pas dire qu'ils choisiront de le transmettre à leur tour.

Ptiju23 a écrit : 03 juil. 2021, 13:47 Depuis la nuit des temps et c’est ce qui caractérise l’homme de la plus part des animaux, l’histoire orale et la transmission d’objets sont notre culture et notre histoire.
La tradition orale a ses limites : elle est fluctuante, approximative et fragile. Sans étude par des spécialistes et la rédaction d'ouvrages de référence au fil des siècles, l'utilité de bon nombre d'objets datant de plus de 200 ans nous apparaitrait bien obscure. Il suffit de consulter la section Identification du forum dans laquelle des objets pourtant récents ne disent rien à personne.

Ptiju23 a écrit :Pour revenir à l’exemple du trésor dans son jardin, croyez-vous que les quelques milliers (et encore je plancherais plus sur des centaines) d’archéologues iront dans votre jardin d’eux même pour trouver ce trésor si vous ne l’aviez pas découvert.
Ce qui est aujourd'hui ton jardin n'en était pas un il y a 1 000 ans et n'en sera peut-être plus un dans 1 000 ans. Si l'on parle de patrimoine historique il ne faut pas réfléchir en prenant comme point de départ la situation immobilière actuelle. Et l'archéologie moderne est une science relativement récente : on en mesure tout de même les retombées sur nos connaissances en à peine 2 siècles. Je suis toutefois d'accord sur l'aspect budgétaire.

Ptiju23 a écrit :Bref nous devrions être des axillaires
Quel rapport avec les aisselles ? ::d

Ptiju23 a écrit :C’est inconstitutionnel :super:
C'est tout le contraire, la Constitution protège l'attribution particulière du patrimoine historique : à la Révolution l'Assemblée Constituante émet des directives sur la manière d'inventorier et conserver dans toute l'étendue de la République tous les objets qui peuvent servir aux arts, aux sciences et à l'enseignement.

S'il y a quelque chose d'inconstitutionnel, c'est de s'approprier personnellement des objets intéressant l'Art ou l'Histoire.
 #1718627  par Ptiju23
 
Dagon16, merci pour cette réponse fort intéressante!
Toute fois, je nous pouvons aussi dire que l’historien peut lui aussi ne pas retransmettre le savoir historique.
Le négationnismes et la cancel culture (que l’on a l’impression de découvrir de nos jours), la mésinterprétation, ou tout simplement un manque de temps ou d’investissement font que l’archéologue n’est pas infaillible.
Je pense que tout un chacun pourrait contribuer à la recherche, avec l’aide, ma foi peut-être d’une licence pour connaître les bonnes bases. (Même si c’est une perte de liberté)

D’ailleurs, je suis surpris qu’il n’y est pas de véritable fédération pour notre passion…
 #1718628  par Romulus41
 
Bonjour,
Ptiju23 a écrit : 03 juil. 2021, 15:42 D’ailleurs, je suis surpris qu’il n’y est pas de véritable fédération pour notre passion…
Ne sois pas surpris puisqu'elle existe et a sa propre section ici ► viewforum.php?f=145
 #1718658  par Dagon16
 
Ptiju23 a écrit : 03 juil. 2021, 15:42 Dagon16, merci pour cette réponse fort intéressante!
Toute fois, je nous pouvons aussi dire que l’historien peut lui aussi ne pas retransmettre le savoir historique.
Le négationnismes et la cancel culture (que l’on a l’impression de découvrir de nos jours), la mésinterprétation, ou tout simplement un manque de temps ou d’investissement font que l’archéologue n’est pas infaillible.
Je pense que tout un chacun pourrait contribuer à la recherche, avec l’aide, ma foi peut-être d’une licence pour connaître les bonnes bases. (Même si c’est une perte de liberté)

D’ailleurs, je suis surpris qu’il n’y est pas de véritable fédération pour notre passion…

Le sujet initial de ton post n'est pas l'infaillibilité des historiens au sens large : tu demandais à l'origine s'il était légitime que seuls des professionnels aient en charge les affaires culturelles et patrimoniales ; tu as pu lire mes différentes réponses.

Si effectivement nul n'est infaillible, il faut cependant veiller à ne pas confondre ce qui relève de l'évolution des faits et des théories historiques à la lumière des nouvelles découvertes avec ce qui a trait à l'idéologie personnelle (négationnisme, cancel culture)

Je suis toutefois bien d'accord que la situation actuelle n'encourage pas la déclaration d'objets patrimoniaux et que la collaboration espérée entre les détectoristes et le monde de l'archéologie est au point mort, ce qui est dommage.